Anecdotes personnelles, Humeurs

Il était une fois… Nice

Ce soir, ou plutôt cette nuit vu l’heure, j’avais envie de partager mes pensées qui ne m’ont pas lâchées aujourd’hui. Une pensée en particulier… Il y a un an, un 14 juillet s’est mal terminé pour beaucoup de personnes à cause d’un taré. C’était à Nice, sur la fameuse Promenade des Anglais. Une ville qui fait rêver, avec son authenticité, son bord de mer bleue turquoise et ses montagnes en arrière plan. Une ville où j’ai vécu pendant presque trois ans… Une pensée ce soir pour tous ceux qui pleurent leurs proches…

Si je n’avais pas rencontré Papa Fauve, j’y vivrai certainement encore. Le climat, les paysages, l’odeur des pins, de l’air marin et le chant des cigales. Quand je ferme les yeux le soir, allongée sur mon lit, j’entends encore le cri des mouettes (c’était d’ailleurs mon réveil naturel chaque matin), la douce brise salée me chatouillant les narines et le relaxant roulement sourd des vagues.

J’aimais cette ville pour laquelle j’avais quitté ma ville natale, aux alentours de Lyon. J’aimais ce côté à la fois festif et paisible qui y régnait. Et mon petit studio de 28 m², jouxtant le Palais de la Méditerranée, qui était à seulement 30 mètres de la plage… Le rêve en sommes !

Et puis un jour, c’est une rencontre, une remise en question, un choix difficile à faire… Mais, par amour, qu’est-ce qu’on ne ferait pas ?

Je me revoie là-bas, souvent, et notamment lors du 14 juillet où chaque année, je me prenais un menu à emporter de chez McDo et je me posais sur les galets de la plage pour déguster mon repas et assurer une super place pour assister au feu d’artifices. Et quel feu ! Quand on voit un aussi beau spectacle au-dessus de la mer, un feu tiré par pas moins de trois bateaux longeant toute la baie. Comment ne pas en prendre plein les yeux ? Comment retourner voir des feux d’artifices classiques tirés d’un pont ? Impossible de ne pas penser à ceux du bord de mer, inoubliables !

J’en suis partie non sans larmes… Mais, j’y retournerai, je le sais, je le sens, c’est vital ! Un jour, je retournerai auprès de cette mer qui m’est chère ! Mais, en attendant, je pense à ceux qui ont perdu des êtres chers pendant cette soirée festive. Ceux qui ne verront plus jamais le 14 juillet comme avant. Ceux qui ont été personnellement touché par cette tragédie. Une pensée pour eux en cette nuit spéciale. Pendant des années, à Nice, j’y étais, j’aurai pu y être l’année dernière…Nous sommes tous concernés.

12234

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s