Ma sélection des films romantiques à voir au moins une fois dans sa vie

Coucou mes Fétiches, j’espère que vous allez bien malgré ce froid hivernal infernal ! Pour vous réchauffer le cœur et le corps, je vous propose aujourd’hui une petite liste de films à voir ou revoir pour se détendre et rêver… Même si la plupart sont cultes et que vous devez probablement les avoir déjà vu une bonne centaine de fois, une petite piqûre de rappel est toujours bonne à prendre. Alors, prenez une tasse de chocolat chaud ou un thé, installez-vous confortablement dans le coin de votre canapé, enroulez-vous dans votre plaid et on est parti…

Si dans beaucoup de films d’amour, la larme à l’œil est quasiment obligatoire pour faire d’une romance une bonne romance, il n’en demeure pas moins qu’on aime aussi rire ou tout simplement s’évader…

Le journal de Bridget Jones

Petit bijou littéraire d’Helen Fielding à la base, ce film, réalisé par Sharon Maguire (une femme c’est assez rare!) en 2001, est une pure bouffée d’oxygène. Ici, l’héroïne est loin de l’image sexy et semi-parfaite qu’on peut retrouver dans bon nombre de films du genre. Non, ici, Bridget est une trentenaire mal dans sa peau, un peu paumée et surtout d’une maladresse à toute épreuve. Ce qui la rend si attachante, est qu’elle a beaucoup de défauts, prend le plus souvent les mauvaises décisions et on a mal pour elle.

Le choix des acteurs est excellent : Bridget a le profile type de madame tout le monde, avec ses rondeurs en trop et ses addictions diverses. Outre le fait qu’elle passe le plus souvent pour l’imbécile du groupe, elle a un cœur en or. Les questions qu’elle se pose à elle-même dans son journal (autrement dit nous) sont des questions universelles. Hugh Grant aura toujours le rôle du beau gosse un peu prétentieux et peu fidèle face à un Marc Darcy sérieux, posé et réconfortant, joué par un Colin Firth impeccable.

Aaaaaaahhhhhhhh Darcy !

Le journal de Bridget Jones ne serait pas ce qu’il est sans ce fameux Darcy. Pour la petite anecdote, l’écrivaine, Helen Fielding a écrit son roman très fortement inspirée d’Orgueil et Préjugés, l’œuvre de Jane Austen, et le personnage de Darcy, sombre, mystérieux, hautain et incroyablement froid, le faisant passer pour un homme imbuvable aux yeux de la jeune Elizabeth Bennet. Tout comme Marc Darcy passe pour un bourgeois sans état d’âme auprès de Bridget Jones. Si vous regardez bien, la mère de Bridget a le même côté frivole que la mère d’Elizabeth et son père ressemble de très près à celui de la jolie aristocrate. Bon, après il y a bon nombre de point communs, je ne vais pas tous vous les faire, mais en même temps Helen Fielding ne s’est jamais cachée d’avoir construit son roman sous la forme d’un Orgueils et Préjugés moderne !

Ce qui est à mon sens le plus dingue dans cette histoire, c’est le choix de l’acteur ! C’est après avoir visionné la version d’Orgueil et Préjugés de 1995 avec Colin Firth dans le rôle de Darcy qu’elle a écrit le roman. Elle ne voyait que lui pour interpréter le rôle de son Marc Darcy. Et voilà que l’interprétation de son livre se fait et devinez quoi ? C’est Colin Firth qui joue le rôle ! C’est comme si moi, demain, j’écris un super bouquin avec en tête pour premier rôle masculin le beau Leonardo Dicaprio qui m’a impressionné dans son dernier film et hop, je copie colle le personnage, l’interprète, l’histoire et hop, j’enroule le tout dans un bon petit livre… C’est Spielberg qui achète les droits, je lui souffle que je voyais Dicaprio pour le rôle, il lui propose et bingo ! Leonardo joue le rôle que j’ai écris en pensant à lui. C’est-il pas beau ????

Pourquoi ce film ? Parce qu’il met en avant nos défauts de femme aussi simple que complexes, avec nos qualités et nos limites et qu’on a toujours besoin de se sentir rassurée de ne pas être la seule…

Eternal sunshine of the spotless mind (à tes souhaits!)

Titre peu accrocheur pour un film sublime (très certainement dans mon top 20), sorti en 2004 avec un Jim Carrey et une Kate Winslet parfaits dans leur rôle. Si aux premiers abords, Jim Carrey est plutôt réputé pour son côté comique, ici, il m’a fait littéralement pleurer. C’est beau, c’est vrai, c’est la vie, aussi dure et insupportable qu’elle puisse être.

L’histoire est celle de Joel et Clémentine. Un couple qui ne se supporte plus. Rien ne va plus, au point que Clémentine fait effacer de sa mémoire toute trace de cette relation. Effondré d’apprendre cela, Joel contacte le fameux inventeur du procédé Lacuna, le Dr. Mierzwiak, pour qu’il extirpe également de sa mémoire tout ce qui le rattachait à Clémentine. Deux techniciens, Stan et Patrick, s’installent à son domicile et se mettent à l’œuvre, en présence de la secrétaire, Mary. Le patient, endormi, ils commencent à effacer peu à peu ses souvenirs de leur relation, des plus récents aux plus anciens, et s’envolent un à un, à jamais.
Mais en remontant le fil du temps, Joel redécouvre ce qu’il aimait depuis toujours en Clémentine – l’inaltérable magie d’un amour dont rien au monde ne devrait le priver. Prenant conscience de son erreur de vouloir effacer ces instants précieux, il essaie de contrer le processus… Luttant de toutes ses forces pour préserver ce trésor, il engage alors une bataille de la dernière chance contre Lacuna…

Pourquoi ce film ? Parce que les couples parfaits n’existent pas. Les embrouilles, les disputes, les désaccords font partie intégrante de toute relation. Bien des couples se séparent sur un coup de tête, accusant l’autre de tous leurs maux, sans chercher à véritablement sauver ce qui peut l’être. Ce film met en lumière cette réalité bien trop souvent ignorée.

(The) Princess Bride

Un film datant de 1987, unique en son genre et très bien réalisé je trouve. La narration est celle d’un grand-père venu au chevet de son petit-fils malade pour lui conter une « histoire de princesse et de vengeance ». Le film suit alors le fil de l’histoire, interrompue plusieurs fois par les commentaires du petit-fils, qui s’il ne semblait guère intéressé au départ se fait de plus en plus attentif à mesure qu’il avance dans l’intrigue, et du grand-père, qui n’est autre que le célèbre Colombo (Peter Folk).

L’histoire qu’il vient lui raconter est celle d’une belle jeune femme pauvre répondant au doux nom de Bouton d’Or et de son valet de ferme Westley. Ils tombent amoureux et se jurent fidélité à jamais… Oui mais il y a un mais (et pas qu’un) leur amour sera mis à rudes épreuves… Et d’aventures en aventures, cette histoire mêle amour impossible, vengeance, créatures fantastiques, des situations loquaces et énigmatiques où l’humour est de mise !

Pourquoi ce film ? Parce qu’il mélange avec finesse réalisme, conte pour enfant, histoire d’amour saupoudrée d’aventures fantasques et poignantes. Et parce qu’on voudrait toutes (nous les femmes) d’un valet chevalier servant aussi amoureux que ce Westley. Ce film aussi drôle qu’émouvant est une véritable potion pour remonter le moral !

Amour et amnésie

Film romantique de 2004 racontant l’histoire d’Henri, un dragueur abonné aux relations sans lendemain, collectionnant les conquêtes sur la jolie île d’Hawaï, qui va pourtant tomber fou amoureux de Lucy, une gentille et simple fille du coin, qui est atteinte d’une étrange maladie. En effet, il apprend qu’elle souffre d’une forme d’amnésie à court terme lui faisant oublier sa journée chaque nuit. Elle a eut un accident un an plus tôt et depuis, elle pense revivre cette fameuse journée sans se douter de ce qu’elle a vécut ni de la date d’aujourd’hui. Son père et son frère font tout pour la garder dans cette fausse réalité afin de la préserver. Mais, Henri n’est pas de cet avis…

Pourquoi ce film ? Parce qu’il est touchant, il met en avant une maladie très rare et peu connue, mais surtout parce que malgré toutes les difficultés qui résultent de cette maladie, l’amoureux ne lâche rien pour conquérir chaque jour sa belle comme si c’était le premier jour. Ce film nous bouleverse bien au-delà de l’histoire en elle-même, car il nous montre qu’il ne faut jamais tomber dans la routine, que rien n’est jamais acquis et qu’il faut profiter du jour présent comme si c’était le dernier ! Ce qui m’amène au film que je vais vous présenter ci-dessous…

Un jour sans fin

Sorti en 1993, ce film raconte l’histoire de Phil Connors, présentateur météo venu contre son gré assuré l’émission retransmise en direct du célèbre « jour de la Marmotte » dans une petite ville reculée de Pennsylvanie. Homme abject, prétentieux, insupportable, il est unanimement détesté par tous ces collègues. Il rencontre sa productrice pour l’émission, une certaine Rita, pour laquelle il semble ressentir une attirance dès le premier regard échangé. Mais voilà, il est tellement imbu de lui-même, tellement à l’opposé de ce qu’aime Rita qu’elle l’envoie gentiment sur les roses. La journée de tournage est un véritable calvaire pour Phil qui n’attend qu’une chose : rentrer chez lui le soi-même. Mais, il y a une énorme tempête qui s’abat sur la ville et tous les aéroports sont fermés, toute l’équipe doit donc dormir dans un hôtel de la ville. Phil prend donc son mal en patience et attend le lendemain avec impatience. Le problème… C’est qu’il n’y a pas de lendemain… Ni aujourd’hui, ni demain, ni après-demain… Il se voit condamner à vivre inlassablement cette journée du « jour de la marmotte »…

Pourquoi ce film ? Parce qu’il est drôlement original, parfaitement bien interprété et qu’on a pour héros un homme antipathique qui va peu à peu se faire aimer. Et surtout, il va prendre conscience de son mal être qui la rendu aussi méchant pour finir par voir le côté positif des choses tout en cherchant à s’améliorer. C’est touchant, émouvant, agaçant de vivre et revivre sans cesse la même chose, mais c’est un film super méga super génial ! (Oui j’ai dit deux fois « super ».)

Coyote girls

Un film de 2000 qu’on appelle plus communément un film de filles pour les filles… Pourtant, j’en connais un paquet de gars qui sont fan de ce film… Une jeune fille rêve de percer dans la chanson… Mais pas en tant que chanteuse, non, en tant que compositrice. La voilà donc qui quitte sa ville campagnarde natale pour tenter sa chance à New York. De désillusions en désillusions, elle va faire la rencontre d’un jeune homme pour le moins sexy… Bon, l’histoire d’amour est ici au second plan, sa première mission est de percer dans la chanson, et c’est ce qui va l’amener au pub très branchés et très hot des Coyote Girls afin de survivre financièrement dans ce monde de brutes.

Pourquoi ce film ? Parce qu’il sort des sentiers battus sur certains aspects, que le beau brun ténébreux va s’intéresser aux aspirations de sa belle et tout faire pour l’aider à réaliser son rêve. C’est beau, c’est prenant et la fin est juste wahou !

A tout jamais, une histoire de Cendrillon

En 1998, j’étais allée le voir au cinéma avec ma mère. Un joli petit conte comme on les aime qui allie avec brio belle intrigue, mystères, humour et aventures. Une énième histoire de Cendrillon mais qui a le mérite de surprendre. Les acteurs sont formidables, les dialogues et situations jonglent entre humour, tristesse et colère avec une subtilité maîtrisée.

Pourquoi ce film ? Parce qu’il retrace la véritable histoire de Cendrillon (il n’y a que les connaisseurs qui comprendront). Ce film nous fait rêver et redonne de l’espoir alliant conte pour enfant et contexte historique. J’adore !

N’oublie jamais

C’est le film que je n’ai vu qu’une fois dans la liste et que j’ai d’ailleurs vu très récemment bien qu’il date de 2004. Cela faisait un moment qu’on m’en parlait et pour cause ! Il sort complètement des sentiers battus et même si l’on devine à l’avance le cheminement de l’intrigue, l’important est dans le message qu’il veut délivrer. L’histoire d’un amour parmi tant d’autres certes, mais d’un amour pur, sincère, unique, un amour puissant, seul remède contre une maladie ravageuse qu’est Alzheimer.

Pourquoi ce film ? Parce que la plupart du temps, si ce n’est tout le temps, les films d’amour présente l’histoire à un moment précis de la vie. Ici, il est question de l’après, comment vivre ensemble, vieux et dans la maladie. C’est triste (je vous préviens, il faut la boîte de mouchoirs à proximité), c’est émouvant, c’est beau…

Pretty Woman

Un film classique si ce n’est LE film romantique que tout le monde connait. Un Cendrillon des temps modernes. Un riche gentleman qui va embaucher une prostituée pour une semaine… Rien de bien folichon et pourtant, entre le jeu des acteurs, les musiques, l’ambiance et la romance, on adhère, c’est comme ça.

Pourquoi ce film ? Parce qu’on veut croire que l’amour entre deux personnes venant de deux mondes totalement différents est possible. L’histoire de Cendrillon encore une fois revisitée à la sauce Hollywoodienne.

Love story

Une musique emblématique, une histoire d’amour tragique comme on ne les aime pas, non, non, personnellement, ce film est un brise-cœur, beau, mais terrible. Beaucoup plus de larmes que de joie dans ce film datant de 1970.

Pourquoi ce film ? Parce que personne n’est éternel, parce que la vie peut parfois se montrer cruelle, parce que les histoires d’amour ne finissent pas toujours bien… Parce que pleurer libère…
Et puis, parce que c’est un classique !

Titanic

Titanesque film qui est mon éternel number one de mes films fétiches ! C’est une romance ajoutée à l’histoire originale du célèbre Titanic, paquebot qui se heurte à un iceberg et coule dans la nuit… On s’attend à la fin et pourtant, on espère jusqu’au dernier moment qu’il va survivre. Mais, bon sang ! Il y avait assez de place sur cette fichue porte ! C’est de la faute à Rose de toute façon, elle aurait pu restée dans son canot au lieu d’en sauter et Jack se serait débrouillé pour survivre, il aurait été seul sur cette porte pour éviter de congeler dans l’eau…

Pourquoi ce film ? Parce qu’il y a Leonardo Dicaprio déjà… ^^ Bon, plus sérieusement, c’est une jolie histoire d’amour aussi profonde que courte (elle ne va durer que quelques heures) et la tragédie va la figer dans le cœur et la mémoire de Rose. Je trouve qu’en peu de temps, il a su l’aider et la faire s’affirmer. Comme elle le dit si bien, il « la sauvé de toutes les manières possibles qu’on puisse être sauvé ». Magnifique !

Voili voiloù pour ma petite sélection des films romantiques à voir au moins une fois dans sa vie.
N’hésitez pas à me donner vos avis sur ces films ou vos propres préférences de films d’amour…
Sur ce, je vous souhaite une excellente Saint-Valentin, seul(e) ou accompagné(e). A très vite !

4 commentaires sur « Ma sélection des films romantiques à voir au moins une fois dans sa vie »

Laissez une trace de votre passage :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s