Bibliothèque, Mes lectures

La valse lente des tortues, de Katherine Pancol

Résultat d’images pour La valse lente des tortues Voilà une œuvre bien française qui a eu son lot de succès auprès notamment de la gente féminine. Il fallait bien que ce livre me passe dans les mains un jour ou l’autre. En juin dernier, une amie me la prêté avec la pseudo suite… Trois énorme pavés. Okay, vu le peu de temps que j’ai pour lire ces derniers temps, je sens que ça va être un drôle de challenge. Alors hier soir, j’ai terminé la valse lente des tortues

Depuis que Féeline est entrée dans ma vie, je n’ai plus le temps de me poser et lire autant qu’avant. Le soir, je suis vite trop fatiguée ou je lui préfère la télévision, l’ordinateur… Bref, hier soir, j’ai enfin terminé cet énorme bouquin.

Histoire : qu’un crocodile aux yeux jaunes ait ou non dévoré son mari Antoine, disparu au Kenya, Joséphine s’en moque désormais. Elle a quitté Courbevoie pour un immeuble huppé de Passy, grâce à l’argent de son best-seller, celui que sa sœur Iris avait tenté de s’attribuer, payant cruellement son imposture dans une clinique pour dépressifs.
Libre, toujours timide et insatisfaite, attentive cependant à la comédie cocasse, étrange et parfois hostile que lui offrent ses nouveaux voisins, Joséphine semble à la recherche de ce grand amour qui ne vient pas.
Elle veille sur sa fille Zoé, adolescente attachante et tourmentée et observe les succès de son ambitieuse aînée Hortense, qui se lance à Londres dans une carrière de styliste à la mode.
Joséphine ignore tout de la violence du monde, jusqu’au jour où une série de meurtres vient détruire la sérénité bourgeoise de son quartier. Elle-même, prise pour une autre sans doute, échappe de peu à une agression.

Ce livre est une bourrasque de vie… Un baiser brûlant du seul qu’on ne doit pas embrasser… Deux bras qui enlacent ou qui tuent… Un homme inquiétant, mais si charmant… Une femme qui tremble et espère ardemment… Un homme qui ment si savamment… Une femme qui croit mener la danse, mais passe son tour… Des adolescents plus avertis que les grands… Un homme qui joue les revenants… Un père, là-haut dans les étoiles… qui murmure à l’oreille de sa fille… Un chien si laid qu’on s’écarte sur son passage… Des personnages qui avancent obstinément… comme des petites tortues entêtées… qui apprendraient à danser lentement, lentement… dans un monde trop rapide, trop violent…

Résultat de recherche d'images pour "séparateur de ligne blog"

Mon avis : Je n’ai pas adhéré au style d’écriture, beaucoup trop mou, trop lent, tout comme ce titre énigmatique qui prend tout son sens à la fin. Je n’ai pas aimé que ce pavé soit séparé par des « parties » trop grandes. Pour faire des pauses, ce n’était pas du tout pratique. Et les descriptions longues, trop longues… J’avoue avoir failli m’assoupir un soir de grosse fatigue, ce qui ne m’étais pas arrivé depuis très longtemps…

Et les personnages, parlons-en ! L’héroïne a une bonté intérieure qui agace à la longue, deux filles qui ont le caractère manquant de leur mère, un père à la fois aussi absent que présent. Une sœur personnelle et égoïste, un beau-frère beaucoup trop charmant et une mère abjecte. Tout est vite caricaturé, exagéré… Le suspens est présent sans vraiment de rebondissements. La mort frappe là où je m’y attendais, surtout à la fin où le meurtrier une fois le masque tombé ne fut pas d’une grande surprise.

Non, je n’ai littéralement pas été transporté par ce livre. Je l’ai terminé, mais sans aucun élan. En somme, je vous laisse juge d’apprécier ou non ce style d’écriture. L’histoire n’est pas trop mal si ce n’est des situations tirées par les cheveux qui m’ont fait décrocher plus d’une fois.

Et vous ?
L’avez-vous lu ?

N’hésitez pas à partager vos avis !  ✍

12234

 

 

4 réflexions au sujet de “La valse lente des tortues, de Katherine Pancol”

  1. Bonjour. Je ne suis pas allée jusqu’à m’endormir (pas assez fatiguée certainement) et ai même poussé le vice jusqu’à lire les trois tomes quand même pour savoir pourquoi les écureuils de central park sont si tristes le lundi. La trilogie se termine comme elle a commencé, sans réelle fin. Un peu comme ces séries interminables où les épisodes sont tournés au jour le jour sans fil conducteur.

    Aimé par 1 personne

    1. On m’a passé la trilogie, mais je ne sais pas si je lirai la suite… Ton commentaire me conforte dans mon idée ! 🙂
      Faudrait vraiment que j’ai du temps à perdre, ce qui n’est pas mon cas actuellement. On verra. Pour le moment, je profite des vacances pour lire un tout autre genre littéraire (Le jour où j’ai appris à vivre).
      Belle soirée

      J'aime

    1. Oui, c’est assez spécial. Cela plait ou pas, mais je préfère m’adonner à un autre genre pour les vacances, plus philosophique, plus profond et surtout plus passionnant : « le jour où j’ai appris à vivre ». Je ferai un article sur ce livre quand je l’aurai terminé ! 🙂
      Belle soirée
      Bises

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s