Chandeleur : origine et tradition

Et qui a inventé les crêpes pour la Chandeleur ?

Coucou mes Fétiches, et si on parlait crêpes aujourd’hui ? La Chandeleur arrive à grands pas (le 2 février plus précisément) et il est grand temps de faire et déguster des crêpes ! Qu’elles soient salées, sucrées, nature, nappées de miel, de confiture ou de chocolat, l’essentiel est de se régaler !

Alors non, la Chandeleur ne vient pas de Chandler (désolée les fans de Friends) et les crêpes sont apparues en Bretagne, au XIIIe siècle. Le sarrasin, rapporté en France après les croisades en Asie, a permis de confectionner cette fine couche de pâte, de forme ronde. C’est le début de la galette bretonne !

La Chandeleur et le Christianisme

On ne peux pas parler de la Chandeleur sans évoquer son origine chrétienne. Appelée également « Présentation du Seigneur », les Chrétiens célèbrent à cette date le moment où Jésus est présenté au temple. La célébration de la Chandeleur aux USA a généralement été remplacée dans les médias par le jour de la marmotte (Cf le film « un jour sans fin ») bien que la tradition de la Chandeleur persiste encore sous ce nom dans plusieurs régions où les traditions françaises demeurent vivaces comme en Louisiane.

Chandeleur = chandelles

La fête de la « Présentation du Seigneur » s’accompagnait autrefois d’une grande procession avec des cierges allumés. C’est ce qui explique le nom courant de cette fête, « chandeleur », qui vient du latin « candelorum » et signifie « chandelles ». Aucun lien de parenté avec Philippe Candeloro je vous rassure…

Si l’on allume des cierges lors de cette fête, c’est en référence à un évènement raconté par l’Évangile selon Saint Luc (2,21-40). En effet, lorsque Jésus fut présenté au Temple de Jérusalem, il fut reconnu en tant que messie par Saint Siméon qui l’appela alors « Lumière d’Israël », « Lumière du monde ».

L’utilisation des chandelles lors d’une procession nocturne est cependant antérieure aux coutumes chrétiennes et viendrait des Romains de l’Antiquité et des Celtes qui avaient des rituels assez similaires, ayant pour but de purifier la terre et d’en assurer la fertilité avec l’arrivée prochaine du printemps. Si on va par-là, la crêpe aussi rappelle étrangement la galette de céréales que les Romains mangeaient en l’honneur de la déesse Proserpine. Ce n’est pas nouveau que la religion chrétienne ait puisé dans les rites païens pour faire d’une pierre deux coups : assurer la mise en place d’une tradition déjà existante pour faciliter son acceptation tout en éliminant peu à peu sa véritable origine. Malins !

Autrefois, les cierges bénis à la Chandeleur étaient gardés par les croyants qui les allumaient en cas de danger. Ils étaient censés porter chance. Je ne peux cependant pas vous dire s’ils portaient évidemment bien chance en cas de danger, mais bon, on n’avait rien à perdre à essayer.

Présage de bonheur… Ou pas !

D’après la tradition, faire sauter les crêpes à la Chandeleur est censé porter chance et bonheur tout au long de l’année. Là encore, aucune certitude, mais c’est comme le loto en sommes, l’espoir fait vivre !

Cependant, il était coutume à l’époque, que  les jeunes filles qui souhaitaient se marier devaient faire sauter la crêpe six fois de suite sans la faire tomber. Une prouesse difficile à réaliser, mais qui leur garantissait, de rencontrer le fiancé idéal dans l’année. Pour le jeune homme qui souhait se marier, il n’avait d’autre choix que de passer par la case classique… Pauvre bonhomme va !

Enfin, faire sauter une crêpe de la main droite en tenant une pièce d’or dans la main gauche (par exemple un louis d’or comme le mien ci-dessus ou à défaut une monnaie diverse) assurerait la prospérité, tout comme le fait de conserver dans une armoire la première crêpe réalisée lors de la Chandeleur assurerait de bonnes récoltes… Attention, aucune garanti !

La crêpe : tout un symbole !

Pour les Chrétiens, la symbolique de la crêpe est évidente : par sa rondeur et sa belle couleur dorée, la crêpe symbolise le soleil, source de lumière. Elle rappelle ainsi la prophétie de St Siméon au sujet du Christ : la lumière du monde. Donc, la prochaine fois que vous mangez une crêpe, vous penserez au soleil, à la lumière, à la vie… C’est beau… Mais c’est surtout très bon ! Alors, ne vous privez pas de déguster des crêpes à la Chandeleur, à moins que vous ne fassiez comme les Marseillais qui se régalent, le jour de la Chandeleur, d’un délicieux biscuit appelé navette. C’est très bon cela dit, mais personnellement, ça ne vaut pas les traditionnelle crêpes bretonnes !

Une petite recette au passage !

Les ingrédients :

  • 1/2 litres de lait (entier de préférence)
  • 3 œufs
  • 250 g de farine
  • 50 g de beurre doux (ou 2 c. à soupe d’huile au choix)
  • Une pincée de sel
  • 25 g de sucre (facultatif : si vous la souhaitez sucrée)

La préparation :

Dans un grand saladier, versez la farine, le sucre, le sel et les œufs, puis mélangez au fouet à main. Incorporez tout doucement le lait en continuant de fouetter jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène assez lisse. Ajoutez ensuite le beurre ou l’huile et recouvrer le saladier. Laissez reposer la pâte une à deux heures dans un endroit tempéré. Ensuite, vous n’avez plus qu’à versez à l’aide d’une petite louche la portion de pâte dans votre poêle huilée et c’est parti pour faire sauter les crêpes !

Bonne Chandeleur à toutes et tous ! Régalez-vous bien !
A très vite !
 (
◠‿◠)

2 commentaires sur « Chandeleur : origine et tradition »

Laissez une trace de votre passage :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s